Agoneo interview #3 : Sport et études





Troisième interview de l'été avec notre ambassadeur Julien Bahain, rameur de l'équipe de France qui vous donne quelques conseils pour allier sport en compétition et études. Sport et études comment réussir le double projet?



Quelle place doit avoir les études dans la vie d'un jeune sportif selon toi?

A mon sens, les études sont à la fois un moyen de sortir du monde sportif, de pouvoir équilibrer sa vie mais aussi de préparer l'avenir car quoiqu'il arrive, sportif professionnel ou amateur, il y un "après" carrière. Et mieux vaut être bien "armé" pour affronter ce challenge de la reconversion.
C'est donc un subtil équilibre à trouver entre sport et études. Ne négliger ni l'un ni l'autre. Je sais que pour ma part, lorsque mes études étaient dans le vert, je savais que je pouvais augmenter la charge à l'aviron et a contrario, j'organisais mon entraînement de façon à m'assurer que mes cours suivaient : le principe des vases communicants. Ce doit être un tout qui nous permet d'avancer dans la même direction : la performance.

Quels avantages le sport donne-t-il à l'école et dans les études?

Le sport amène une ouverture d'esprit que d'autres étudiants n'ont pas. A 22 ans, j'avais déjà voyagé dans près de 25 pays différents grâce au sport. C'est une véritable école de la vie qui apporte exigence, concentration, travail, esprit d'équipe, esprit de compétition, gestion du stress.
Combien de fois ai-je vu des camarades de classe s'effondrer le jour des examens de fin d'année alors qu'ils étaient bien meilleurs que moi.
Je pense que personnellement cela m'a vraiment appris à être efficace. Lorsque vous devez ramer 5h par jour et suivre vos cours d'ingénieur...les journées ne font que 24h...on va à l'essentiel.

Et inversement qu'est ce que les études peuvent apporter au sportif (dans sa performance, sa préparation...)?

Cela dépend évidemment beaucoup de la filière choisi. En tant qu'ingénieur, il est vrai que mon regard scientifique, mon goût du détail, de la planification globale, ce côté très cartésien m'ont amené à voir mon sport sous un autre angle.

Mais de façon plus globale, les études apportent tout simplement une bouffée d'oxygène dans un monde stressant de la performance. Qu'est ce que j'aimais sortir d'entraînement difficile et tout simplement me retrouver en amphi de mécanique et tout oublier...

Quels conseils donnerais-tu à nos jeunes sportifs pour réussir à la fois dans leurs études et dans leur sport?

La première chose est de choisir ce que l'on souhaite faire. Si l'on va en traînant les pieds en cours, ce n'est pas le meilleur moyen de réussir le double projet. Ensuite, il faut juste savoir placer les priorités et savoir ce que l'on veut. Il est rarement possible de s'entraîner pour devenir champion olympique, faire des études de médecin, avoir une vie étudiante active et partir en vacances régulièrement. Il faut faire des choix, rationaliser les choses.

Un petit secret qui m'a permis de réussir dans mon sport et dans mes études d'ingénieur :
le dimanche, prenez une feuille blanche, votre agenda, votre programme d'entraînement et un stylo.
Tracez 7 colonnes, 1 par jour, et remplissez votre semaine jusqu'au dimanche suivant heure par heure. Pensez à votre temps de récupération, à vos tâches quotidiennes (courses,...).
Laissez toujours 30min à 1h de battement par jour...il y a toujours des aléas.
Une fois cela fait...c'est clair limpide et il y a juste à suivre le programme. Vous verrez, c'est de suite plus facile.

Toi tu es ingénieur et médaillé olympique, la preuve que l'on peut mener les deux de front. Pour toi c'était une obligation car ton sport est amateur et ne te permet pas d'en vivre. Que dire à ceux qui se dirigent dans des sports plus rémunérateurs comme le football, le tennis ou le rugby et qui pensent qu'ils n'auront pas besoin d'avoir fait des études pour assurer leur après carrière?

Le sport professionnel propose ce rêve d'Eldorado à beaucoup de jeunes mais comme la conquête de l'Ouest, peu arrivent à trouver la pépite. Et quand bien même on trouve la pépite, encore faut-il savoir la transformer en joyau.

Dénigrer les études c'est prendre le risque de ne pas savoir gérer l'après carrière. C'est parfois très loin des préoccupations très sportives des dirigeants ou des sportifs eux-mêmes qui ont souvent une vision à court terme basée sur le résultat sportif uniquement. L'équilibre de l'athlète passe par autre chose que le sport uniquement. C'est aussi une école de la vie que de faire quelques heures de cours, que de rêver d'autre chose que de la compétition prochaine, que de rencontrer d'autres personnes dans d'autres milieux. Et je pense qu'on n'en ressort d'autant plus fort et cela s'en ressent sur la performance sportive car comme tout le monde le sait, la perfomance de haut niveau, ce n'est pas seulement les muscles...



Merci Julien! Julien vient de reprendre l'entrainement après une année post-olympique de pause. Nous le suivrons régulièrement dans toutes les étapes qui le mèneront vers les qualifications pour Rio 2016.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire