Interview Yoann Jaumel

Notre ambassadeur Yoann Jaumel rentre des Championnats du Monde de Volley où la France a pris la 4ème place. Après un tournoi époustouflant les bleus terminent au pied du podium mais on a ainsi pu découvrir le potentiel de cette équipe et les promesses d'un bel avenir, Yoann nous raconte.

Yoann comment as-tu appris ta sélection pour les championnats du monde? Surpris ou pas?
Quelques mois avant il y avait la ligue mondiale, le coach m'avait informé qu'il souhaitait prendre une option avec un deuxième passeur plus physique Takaniko. Au retour de la ligue mondiale j'ai été appelé dans les 16 et là l'option du deuxième passeur avait changée, j'étais en concurrence avec Redwitz, j'ai donné le meilleur de moi-même à l'entrainement et sur les matchs de préparation et le sélectionneur m'a annoncé que ce serait moi.

Tout le monde a parlé de l'état d'esprit de votre groupe, est-ce que c'est vraiment sa plus grande force?
Oui c'est une vraie force, le groupe vit très bien ensemble. Même si certains ont fait une compétition incroyable il n'y a pas vraiment de star dans l'équipe, on a un collectif homogène qui se bat ensemble.

Quel est ton meilleur souvenir de ces Championnats du Monde?
Il y en a deux. Le premier match contre le Porto Rico parce que ma famille m'avait fait la surprise d'être là. Et le match contre les américains, il y avait 15 000 personnes dans la salle, une ambiance exceptionnelle et on signe une belle victoire.

Tu as rencontré tous les meilleurs joueurs de la planète, lequel t'as le plus impressionné?
Lucas le central brésilien! Et à mon poste Bruno le passeur brésilien, même si Benjamin (Toniutti) fait également une très belle compétition.

Comment nous décrire le volley en Pologne?
C'est fou, ils vivent le volley à fond, pour eux chaque match est un spectacle. Tout au long de la compétition nous avons eu autour de nous beaucoup de médias et de sollicitations.

Tes objectifs pour cette nouvelle saison avec Ajaccio? Le fait d'avoir était élu meilleur passeur du championnat l'année dernière ajoute-t-il une pression supplémentaire?
Non je vais continuer de travailler pour encore progresser. L'objectif de cette année est de faire au moins aussi bien que l'année dernière : une demi-finale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire